Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Pourquoi les migrants sénégalais ont des difficultés à investir au pays ?

Posté par: Mamadou Sow| Mardi 06 novembre, 2012 19:50  | Consulté 7972 fois  |  48 Réactions  |   

Les nombreux commentaires et réactions suscités par mon dernier billet m’ont poussé à essayer d’approfondir la question de la difficulté des sénégalais de l’extérieur à investir aux pays.

Quand on y regarde de près, ce ne sont pas les fonds qui font défaut. En effet, en 10 ans, l’Afrique noire a reçu plus de 400 Milliards de dollars  de ses filles et fils de la diaspora selon World bank. A titre de comparaison, le très prolifique fond d’investissement de la Silicon Valley,  Sequoia Capital qui a financé  la plupart des plus grandes réussites des entreprises  high tech: Google, Yahoo, Paypal, Cisco Systems, Oracle, Apple  ne gère «que » 1.7 Milliards de Dollars.  Mais alors, d’où vient cette difficulté  des Sénégalais de l’extérieur à investir au pays ?

Une analyse détaillée  des commentaires sur mon blog m’a permis d’identifier quelques inquiétudes.

A qui faire confiance ?

Le plus grand obstacle  reste sans conteste le manque de confiance vis-à-vis des partenaires locaux et même lorsqu’il s’agit  de sa propre famille. Près de la moitié des personnes ayant réagi à mon précédent post sont sceptiques à l’idée d’investir au pays avec parfois des mots très durs envers nos compatriotes: extraits… « le sénégalais est plus pire que l'ouragan Sandy », « on m'a roulé (dans la farine) plus d'une fois, maintenant je veux terminer ma maison et rester tranquille », « quand tu investis le peu que tu as, ils vont croire que tu as gardé beaucoup plus a la banque, « ma plus grande déception vient de mon oncle avec qui j'ai acheté un taxi… Il ne travaillait que pour son compte ».

Dans quels secteurs investir ?

Il  y a une certaine difficulté à identifier des secteurs d’investissements innovants et comme l’a bien dit un des commentateurs : « Tout le monde ne peut pas vendre des poulets ». Dès qu’un secteur semble marcher, tout le monde s’y jette sans jamais essayer d’innover ou de se différencier.

Qui pour m’accompagner ?

On constate  une certaine méconnaissance des organismes dédies tels que l’APIX ou l’ADEPME proposant un accompagnement gratuit et personnalisé aux promoteurs et investisseurs au Sénégal. L’APIX a par exemple accompagné le groupe Grands Domaines du Sénégal aujourd’hui leader dans la production des fruits et légumes frais du pays. Paradoxalement, les 3 témoignages à la une pour faire la promotion de la rubrique ‘Services Aux Investisseurs’ de l’APIX sur son site web sont donnés par des Français !

Malgré ces inquiétudes, une partie non négligeable des commentateurs souhaite toujours investir au Sénégal et la majorité d’entre eux comprend bien que ce n’est pas simple de créer une entreprise en général et que l’environnement socio-économique du Sénégal est très particulier : « au début, c’est très compliqué, ensuite avec beaucoup de persévérance on comprend comment fonctionne les gens et le pays ».

 Nous pouvons toujours à partir des réactions  faire émerger trois facteurs clés de succès

S’investir personnellement

  Il  est nécessaire de s’impliquer d’une manière ou d’une autre « il ne faut pas donner de l'argent et se croiser les doigts… » ; sur ce point d’ailleurs un migrant qui a investi avec succès dans l’informatique nous livre un de ces secrets : «tous les jours je fais un point avec les partenaires (par skype), et je vais à Dakar tous les 2 à 3 mois pour m’imprégner de l'ambiance de travail ».  Il ne s’agit pas juste d’apporter de l’argent à un projet. Investir c’est aussi apporter des compétences et son réseau.

Innover

Un mot clé qui est revenu assez souvent dans les commentaires est INNOVATION.  Il y a dans ce sens des idées  qui ont émergé notamment dans le secteur des énergies renouvelables (panneaux solaires, éolienne) ou dans le secteur du traitement des déchets domestiques et/ou industriels. Ces deux secteurs  sont d’ailleurs un vivier très important dans la création d’entreprise en Europe grâce notamment aux règles très strictes imposées par l’UE aux municipalités et aux industrielles dans le recyclage des déchets ou la mise en place d’un cadre législatif qui fixe des objectifs à atteindre dans la production d’énergie  « propre ».

Trouver des financements

Maintenant vient la question cruciale des financements car pour faire un projet solide il faut de l’argent ; un commentaire aborde d’ailleurs le sujet avec beaucoup d’humours : « j’ai beaucoup d’idées mais je n’ai pas d’argent, ‘nyi mana kott amoungou mbaam’ ». Or, tout le monde est d’accord pour dire que l’accès au crédit au Sénégal est très restreint et les taux d’intérêts des banques carrément prohibitifs. Par ailleurs, tous le monde comprend bien que les envois de fonds  des migrants se font selon l’antithèse même de l’investissement, car il ne s’agit ni plus ni moins que de « donner un poisson tous les jours » au bénéficiaire plutôt que de lui « apprendre à pécher ». Une solution intermédiaire serait sans doute d’arriver à mutualiser la cagnotte des envois de fonds pour financer des projets porteurs.

Il existe de plus en plus de financement communautaires, appelés Crowdfunding permettant à un groupe d’individus de se réunir pour soutenir un projet, partager le risque ou juste permettre au projet de sortir de terre. Ces nouveaux concepts sont maintenant très utilisés aux USA et en Europe pour financer des projets de tous types (entreprises, production cinématographique, artistique etc.).

 

Je reviendrai sur le concept du Crowfunding lors d’un prochain biais…Et si vous aussi  avez d’autres suggestions, n’hésitez pas à partager avec la communauté.

 

 

 

Si vous souhaitez approfondir la discussion ou échanger plus directement, vous pouvez aussi me retrouver sur blog.willstream.com

 L'auteur  Mamadou Sow
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (48)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Ndir on November 6, 2012 (20:34 PM) 0 FansN°:1
Bel article! merci pour les conseils
Mouridoulaah on November 7, 2012 (15:59 PM)0 FansN°: 431941
Il y a un adage qui résume bien la situation :
"Tubaab yi ma nu ñoo dëkk waayé, man na ñoo liggéeyandoo
Nit ku ñuul man na ñoo dëkk waayé manu ñoo liggéyandoo"

"Les occidentaux ne peuvent pas partager leur espace de vie (maison) mais ils peuvent travailler ensemble
Les africains peuvent partager leur espace de vie mais il ne peuvent pas travailler ensemble".

Ce constat est certes caricatural mais elle correspond assez fidèlement à la réalité.

Quand vous vous associer avec quelqu'un au pays pour un business, il se dit toujours "Comment vais-je faire pour que je ne sois enfin que l'unique propriétaire ?" Car pour lui s'il partage le business il diminue alors que l'union fait la force.

Les africains ont du mal à travailler ensemble. Chacun fait son business de son côté et du coup ils ont du mal à mettre sur pied des entreprises solides.
Torontonian on November 7, 2012 (19:12 PM)0 FansN°: 432163
mouridoulah a resume tout.pour en ajouter sur ton dernier point,l'africain ne fait pas confiance a son partnere. chacun pense que l'autre va le dribbler. pour repondre a la question de l'article, le control interne manque dans nos affaires.par exemple tu demandes a ton employer de faire des deposits a la banque sans lui demander de recu a son retour. ou tu te comportes comme un boss, en visitant ta boutique qu'une ou deux fois par semaine.
Ndir on November 6, 2012 (20:35 PM) 0 FansN°:2
Bel article! Vraiment merci pour les conseils
Tomos diop on November 6, 2012 (20:48 PM) 0 FansN°:3
La bonne question aussi: Qu'est ce l'etat fait contre la corruption dans erigée comme regle dans ce pays. C'est ce qui rend les choses encore plus difficiles!
NDIAYE MBAYE on November 7, 2012 (14:00 PM) 0 FansN°:4
L'ARTICLE EST TRES TRES INTERESSANTE MAINTENANT NOUS SOMMME OBLIGE D'INVESTIR AU PAYS NOUS N'AVONS PLUS DE CHOIX MAIS MA CONSEILLE A MES AMIS EMMIGRE (NANIOU AME FOULA AK FAYDA KHOLE SOUNOU INVESTISSEMENT DE PRES) BONNE CHANCE ET BEAUCOUP DE KHEWAL
Anonyme on November 7, 2012 (14:11 PM) 0 FansN°:5
Le problème des immigrés est simple. Ce qui leurs empeche de realiser quelque chose de solide au pays c'est les femmes.
Italie001 on November 7, 2012 (14:20 PM) 0 FansN°:6
Comme je disais l'autre fois tout le monde ne peu pas vendre des poulets.Le senegalais aime copier,il refuse de penser pour amener quelque chose de nouveaux.Moi par exemple jais ouvert un atelier de couture a un amis tailleure,au début s'étais pas facile.Mais maintenant chaque moi il me donne 75000 cfa,avec sa je peus réduire mes dépenses.En plus pendant la période d'hivernage je cultive de l'arachide, du mil...sa aussi grace a un amis qui est labas.Et je conte acheté d'autre terre, un cheval et tout le matérielle qu'il faut.
Mais les térrains aussi sa raportent beaucoup,seulement tu ne fais pas travaillé des gens,car personnel mais c un investissement sur.
Chapaux a toi mamadou sow
Anonyme on November 7, 2012 (14:47 PM) 0 FansN°:7
CET ARTICLE EST TRES INTERESENT MAIS POUR INVESTIR IL FAUT REDIGER UN PROJET BIEN DETERMINE AVOIR DES OBJECTIF.
IL FAUT AUSSI RECRUTER UN PERSONNEL QUALIFIER ET LES RENUMERER CORRECTEMENT AVEC UN COMPTABLE ET SURTOUT UN BON SIUVI DE L ENTREPRISE
Jasond on November 7, 2012 (14:51 PM) 0 FansN°:8
Ah
moi je n'investi plus. je ne cherche pas non plus a innover.
Desormais, je fais comme tout le monde.
Je construit une maison pour ma famille.
Une deuxieme que je mets en location et je rentre pour une petite vie tranquille.
C'est diffcile de trouver des gens rigoureux avec qui travailler au senegal. Nous les senegalais, wax rekk. quand il s'agit de faire du concret, la majorite disparaissent.
Anonyme on November 7, 2012 (14:52 PM) 0 FansN°:9
DEBAT UTILE ET TRES INTERESSANT...JE DECOUVRE AVEC SOW L'APPORT QUE POURRAIT AVOIR L'APIX SUR DE TELS PROJETS....MERCI ENCORE
Anonyme on November 7, 2012 (14:57 PM) 0 FansN°:10
lacces aux credits vla le vrais gros probleme et les taux d'intérêt usuraires...Macky Sall lui meme en a parle mais c pour la galerie rien ne se fera...paceque nous savons ke derriere c tout un systeme: la Bceao, la banque de france, les banques francaises au Senegal...C pas dailleurs etonnant ke les trucs ki marchent, toutes autres choses etant egales, sont aux mains des francais...ils ont plus facilment acces au credit....! Mais quand même bon courage a tout le monde on ne peut pas attendre ke kelque chose se fasse dans ce sens pour commencer...Il faut aussi developper l'esprit de cooperation entre nous et ne pas faire prevaloir partout le "wudjee"
Legal on November 7, 2012 (15:01 PM) 0 FansN°:11
il faut aussi parler des aspects juridiques...Je ne comprends par exemple pour une S.A.R.L que même en faisant des pertes on soit légalement astreint à un impôt annuel minimum de 500.000 FCFA? Quelqu'un peut-il eclairer la question?
Mécontent on November 7, 2012 (15:30 PM) 0 FansN°:12
le problème c'est le manque de sérieux des sénégalais, ils pensent que l'argent tombe du ciel. Alors qu'on le gagne difficilement regarder le nombre de sénégalais qui sont à l'étranger le fait que le pays n'avance pas à comme explication le manque d'honnêteté des sénégalais tous des voleurs
Diouffeu on November 7, 2012 (15:50 PM) 0 FansN°:13
C'est difficile d'investir dans nos pays pauvres. Souvent, on est issu d'une famille très nombreuse. Où pratiquement personne ne travaille. Sous prétexte qu'il n'y a pas de boulot personne n'essaie de faire quoi que ce soit pour s'en sortir, puisqu'on leur envoie de l'argent tous les mois. Et les femmes qui s'entichent d'oisifs et en plus de ça elles font un bataillon d'enfants dont nous devons aussi prendre en charge. Alors dites moi comment investir dans de telle s conditions.Il faut essayer de survivre à l'étranger et prendre en charge ceux qui sont restés au pays.
Anonyme on November 7, 2012 (16:14 PM)0 FansN°: 431958
Mass sa way Dioffeu. Yow mom da fa mel ni li ma wokk mo la khuri. Yalla rekk mou nou mana dimballi.
Ble on November 7, 2012 (15:51 PM) 0 FansN°:14
Nous avons creer l'Association des Migrants du Senegal et d'Afrique pour le developpement. Inch Allah d'ici vous aurez la reponse a toutes ces questions.
Anonyme on November 7, 2012 (16:10 PM)0 FansN°: 431954
TEKH TEKH ma REE!!!!!
Ble ? Ble Goude peut-etre.
Truand!!!! Au voleur!!!!! Sathie!!!!!!
Association des Migrants du Senegal et d'Afrique.....C'est quoi meme ?
Tu me fais rire....
Anonyme on November 7, 2012 (16:00 PM) 0 FansN°:15
Si vous avez de l'argent mal acquis ,alors allez investir au Senegal. vous trouverez des gens qui vont partager vos peches en vous bouffant tout le magot.
Si au contraire ,vous avez trime dur pour votre argent ,gardez le jusqu'au jour ou vous voudrez rentrer DEFINITEVEMENT au pays. Une fois au pays ,vous pourrez decider de ce que vous voulez faire. N'AYEZ confiance en personne en commencant par votre famille. LOU YOMB rekk la Senegalais yi di woutt chaque jour que Dieu fait. Paresseux,sans scrupules quand il s'agit d'argent. N'assume rien. Ils sont tous MALHONNETES et croient qu'on ramasse l'argent en Occident.
PS: Achete un pistolet et montre le a tes employes en leur disant que tout detournement sera regle par cet instrument ."DUMMA DEMM Tribunal Deh" tu leur diras.
Bonne chance.
Salla on November 7, 2012 (16:01 PM) 0 FansN°:16
J'ai investi dans un verger vers Thiadiaye, j'ai demande a mes freres qui sont dakar d'aller faire du maraichage labas pour s'occuper mais il prefere rester a la maisson a Dakar a se tourner les pouces. Ils ont de la chance car je suis oblige d'envoyer de l'argent chaque moi a cause de ma mere. Mais ca me revolte quand meme.
Anonyme on November 7, 2012 (19:49 PM)0 FansN°: 432226
@Salla

Pardon mon frère ton idée est très bonne.
Sa réalisation est plus risquée.

Steve job en fondant Apple ne l'a pas fait en Syrie alors qu'il était en Californie. il y a travaillé à plein temps avec d'autres.

Si tu veux observer ton investissement de loin,
il faut investir dans le cadre d'un fonds avec d'autres personnes. Même dans ce cas il faut des gens du métier sur le terrain.

Il y à des règles universelles à respecter au niveau du management, les ignorer c'est prendre de gros risques.
Anonyme on November 7, 2012 (16:11 PM) 0 FansN°:17
cherches en d'autres...de preference kelqu'un ki vient de la campagne et ki sait ce ke ca veut dire travailler
Italie001 on November 7, 2012 (16:20 PM) 0 FansN°:18
Dite vous bien aussi que y'a beaucoup d'imigrés qui veulent rentrés mais le probléme est qu' ils n'ont pas d'idée. C a dire quoi faire une fois arrivé labas.Alors que y'a les Peuls fouta, les chinois qui sens sors.Il sufit juste de regarder et réfléchir.
Toilaa on November 7, 2012 (16:29 PM)0 FansN°: 431981
toi là qui traine sur seneweb, si tu crois que c'est sur seneweb que les gens vont te dire ce que tu dois faire une fois rentrer di nga yagg italie.
Thiédo on November 7, 2012 (16:20 PM) 0 FansN°:19
pas mal de bons commentaires. les constantes sautent aux yeux.
PS : @Ble conclusion un poil prétentieuse.
Anonyme on November 7, 2012 (16:27 PM) 0 FansN°:20
Besoin d'aide pour formaliser votre projet
ou pour trouver des financements

dreammakercontacts@gmail.com
Immigrés on November 7, 2012 (17:28 PM) 0 FansN°:21
Le secteur le plus sûr, c'est l'investissement dans le foncier: des terrains et des vergers pas chers au Sénégal quelque soit le lieu de situation. C'est le plus sûr chers amis immigrés! j'en sais quelques choses.
merci
France on November 7, 2012 (17:29 PM) 0 FansN°:22
Terrains rek mo gueuneu woor, sino gayi thion ko
Anonyme on November 7, 2012 (17:45 PM) 0 FansN°:23
cher compatiotes,c'est tres bien de penser au retour,mais il faudra y reflechir dix mille fois avant de vous lancer.je suis en accord avec le n°17.
tes premiers ennemis sont tes proches parents, ensuite les agentsdes douanes qui descendentavec un millionde francs chaque jour,ensuites les impots vous noient.
le probleme des fonctionnaires senegalais, c'est qu'ils ont la securite de l'emploi et de la retraite, mais ils vivent beaucoup au dessus de leurs revenues legales:ils construisent tres rapidement des immeubles, s'achetent des voitures qui coutent plusieurs dizaines de millions,ont plusieurs maitresses et ont tres souvent dans des restaurants tres chiques!tout ca au detriment des pauvres citoyens qui veulent faire quelque chose pour leur patrie.il faut que nous revoyons notre citoyennete, notre mentalite ,nos comportements...c'est ce qui fait une bonne ressource humaine et qui,au bout des efforts conjugués, donne un developpement de note pays.
les efforts ne sont pas recompensés au senegal,meme le president n'y peut rien.
desolé si je les ai vexé.
on se prive de beaucoup pour la reconversion, mais au bout de quelques mois d'un circuit interminable pour la mise en place de ta societé, on est completement ruiné.donc il faut investir dans le batiment, tu n'emploies personne, et tu es sure que ton argent ne partira pas en fumée.dommage pour la creation d'emplois.
senegalaisement.
Emigrant... on November 7, 2012 (18:23 PM) 0 FansN°:24
Le rève américain et les réussites économiques en europe sont possibles dans des sociètés disciplinées où le marché noir est combatu, les gens payent rigoureusement les impôts, le secteur du commerce est bien estructuré, la corruption est sévèrement sanctionnée, les privilèges et le favoritisme sont banis plus ou moins, les fonctionnaires et les autorités en général ne sont pas corrompus, chacun travaille pour soi avec une bonne base de formation intellectuelle et professionnelle dans le cadre d'un système économique de marché libre etc, etc...
Sincèrement voyez-vous le sénégal et l'afrique préparés à cela? Le seul rève ne serait-il pas le gain rapide, le "buisiness" qui riment toujours avec fraude et malhonnèteté.
Quelque soit le secteur où vous investissez il y'a la concurrence déloyale, les bana-bana, les intermédiares sans vergogne, les privilèges maraboutiques sur la base du "masslaa".
Avoir avoir passé un temps en occident beaucoup de ces réalités nous échappent et notre schéma d'entreprise est totalement contrare au cadre national du "lidieunti". L'excellente formation de certains émigrants ou des cadres sénégalais n'est pas compatible avec les pesanteurs sociales particulièrent de notre cher pays. J'ose penser que les bonnes conciences, l'exemplarité des dirigeants se doivent de mettre la main dans la pâte pour rétablir la bonne moralité et le sens du devoir civique de faire avancer ce pays selon un autre modèle...
Anonyme on November 8, 2012 (09:10 AM)0 FansN°: 433272
Il n'y a aucun pays ou les regles du business sont limpides! ni aux USA ni ailleurs. Tout cela n'est qu'un mythe. Il n'y a aucune concurrence loyale. Nulle part.
Dans chaque pays, il y'a des regles explicites ou implicites et ces regles changent avec le temps. Plus de justice, de rigueur etc ...tout cela aide mais on peut faire du business partout. Il faut juste connaitre les regles implicites ...qu'elles soient justes ou pas, accessibles ou pas.
Je ne dis pas que ce qui se passe au Senegal est bon pour nous ...pour autant ni que cette idee du gain facile et rapide est bonne.


Le principal probleme est que le model d'investissement qui est souvent proposé est demode et inadapté. Acheter des parts dans des socites a la gestion bidon, aux rapports bidons ainsi que le tralala juridico financier etc ...tout ceci ne correspond pas aux besoin de petit investissuers non professionnels comme nous. Il faudrait quelque chose de plus adapté , plus simple et destiné aux petites structures dont l'activité est simplement comprehensible sans etre un professionnel ! Quand on gagne c est clair et on le voit. Quand on perd on le sait.
EMIGRANT on November 8, 2012 (11:48 AM)0 FansN°: 433462
C'est bien respectable la recherche du gain rapide, l'affairisme et l'amateurisme; la réflexion allait dans le sens de susciter la prise de conscience de nos propres pesanteurs sociales et les combattre fermement pour créer un environnement propices à toutes les formes d'investissement. On aurait préférer qu'une bonne partie des milliards de la diaspora serve à une économie durable comme le secteur agricole qui occupe quelque 70% de la population. Resorber notre déficit de promotion économique et sociale ne va pas se baser sur la seule espéculation et le business, nous nous devons de penser à des résultats à moyen long terme dans une économie de développement durable...
Résident au pays on November 7, 2012 (18:59 PM) 0 FansN°:25
Franchement voilà un article très pertinent et intéressant. Et les commentaires précédents en ont dit l'essentiel sur le problème.
J'ajoute quand même un tout petit conseil pour vous migrants: mettez vos fonds à disposition d'autrui graduellement et faites le marquage à la culotte. A qui ne peut pas bien gérer un investissement de 300 000 F CFA, ne donnez plus 200 000 F.
Elargissez les domaines et allez y lentement mais sûrement.Celà vous permet de mieux identifier les projets et les personnes les plus fiables
La réussite est au bout de 10, 15 ans, quand vos meilleures options vous rapporteront plus que vos revenus en à l'étranger, alors vous pourrez revenir tranquillement pour un meilleure suivi à votre convenance.
Mais à mon avis, si vous n'investissez pas, cela pose un double problème:
jeter le bébé avec l'eau du bain,
rater une belle occasion de devenir très riche, retourner "at home".
Nul n'est mieux que chez soi, surtout "bo fay dog boumou gathé".
Baracuda on November 7, 2012 (19:08 PM) 0 FansN°:26
Je peux vous assurer que tout bon senegalais vivant a l etranger veux investir et aider son pays.Je vais vous donner seulement les grandes lignes des raisons pourquoi c est difficile et certains d entres vous le savent deja. 1er l environnement juridique ;l Etat n a pas mis en place les regles adequates pour nous. 2em sociale;tes propres parents seraient les premiers a te mettre les batons dans roues.Je connais beaucoup de senegalais qui se sont faits voler des sommes enormes par leurs oncles,freres,soeurs etc. 3;economique l etat ne fait pas un soutien de suivi ou de bails out comme c est le cas ici aux Etats Unis. 4em culturelle;tous les que tu les connaisse ou pas seront a ta porte pour quemander sans se soucier du fait que cet argent doit etre utiliser a bon meme a 1 dollar pret, et que donner 1 franc peut amener la chute de la societe.merci a tout le monde
Anonyme on November 7, 2012 (19:10 PM) 0 FansN°:27
"Le chemin c'est le difficile" disait un sage Président.Une phrase assez simple mais riche d'enseignement.
Alors que pensé d'un peuple qui croit que le chemin c'est le facile?que pensé d'un peuple qui se dit"khaliss kenn douko ligueye ,dagne koye lidienty? que pensé d'un qui aime tous la réussite sans aimer le travail et sans être discipliné?
peut être un pays qui déroute du chemin de la réussite et du développement .
Aux pays des malhonnêtes,le manque de confiance devient la devise pour se protéger.
Aux pays de jaloux quand on devient riche honnêtement on est taxé de francs maçon ,de voleur ou de blanchisseur d'argent,car on a fini par croire que le travail ne paye plus .
Voici le problème de notre cher pays le Sénégal.
Rafete on November 7, 2012 (20:34 PM) 0 FansN°:28
pcque les senegaais sont destruands j'ai donne de l'argent ama belle soeur pour acheter terrains depuis je ne sais pas ou est l'argent.
Anonyme on November 7, 2012 (20:51 PM) 0 FansN°:29
Je ne sais pas ou écrire cela mais je dénonce la pub mensongère qui figure en page d'accueil:
"Des millions de sénégalais peuvent devenir millionaire"
Celui qui a écrit ce message n'a pas du faire les bancs
Calcul simple:Si 1 million de sénégalais gagne chacun 1 million çà fait...: 1 000 000 000 000(mille milliard soit presque 50% du budget du Sénégal)
Alors....
Volai414 on November 8, 2012 (00:02 AM) 0 FansN°:30
EST-IL PERMIS D’AVOIR UNE AUTRE OPINION ?
J’ai l’impression que derrière ces idées d’investissement au Sénégal (pour les expatriés) il y a un espoir de gains. C’est bien là que je ne suis pas tout à fait sur la même longueur d’onde que la majorité des intervenants. Si je ne suis habité que par l’idée de faire fructifier le peu d’argent que j’ai, ce n’est certainement pas au Sénégal que je vais l’investir pour deux simples raisons :
1°- il n’y a aucune sécurité financière au Sénégal où mêmes les hauts fonctionnaires et les gouvernants volent. Mêmes les grands marabouts à qui ils donnent du « hadiya » le savent mais ne pipent mot.
2°- Le CFA est ridicule comme monnaie et ce que je peux faire au Sénégal, avec un peu de vaillance, je peux aussi le faire ailleurs en gagnant de l’argent dans une monnaie plus lourde.
Je rappelle que tout ce que j’ai dit jusqu’ici ne vaut que si ma seule motivation est de gagner de l’argent.
Volai414 on November 8, 2012 (00:03 AM) 0 FansN°:31
EST-IL PERMIS D’AVOIR UNE AUTRE OPINION (suite) ?
Si mon seul souci est de ne pas en perdre, alors là l’affaire prend une autre allure. Il n’est alors pas tout à fait question d’investissement mais plutôt de contribution. C’est comme si je prêtais de l’argent à la nation à la seule condition que cela serve réellement au développement du pays. Bien entendu, il faudrait des garanties solides qui n’existent, à mon avis, pas encore chez nous.
Pour terminer, je suis surpris par la flopée de secteurs d’investissement signalée par les uns et les autres et dans laquelle il manque un qui est vraiment fondamental et flagrant : l’éducation.
Une nation qui a tendance à oublier ce secteur, j’ai vraiment du mal à lui faire confiance.
Vous avez le droit de ne pas partager mon avis mais n’en profitez pas pour me balancer des noms d’oiseaux, encore moins des insultes. Restons courtois.
Djoudjou kassé on November 8, 2012 (07:15 AM) 0 FansN°:32
trés bon article utile. Moi quand j'ai essayé d'investir au Sénégal, je me suis fais plumer de 7 millions de FCFA par le MEDS et son brigand de président.
Anonyme on November 8, 2012 (08:59 AM)0 FansN°: 433259
Je suis d'accord avec toi. Moi je dis qu'il faut se mefier de ses organismes qui soi-disant sont la pour promouvoir le Senegal ou accompagner des investisseurs. Ca ne marche pas comme cela au 21' siècle! Tous ces organismes sont la juste pour vous rouler et n'en savent souvent pas plus. Personne n'est là au Senegal pour vous aider a faire du business...ils cherchent tous le gain facile avec leurs belles paroles.

Regardez plutot ce qui se passe en Asie ou aux USA. Des boites jeunes, innovantes sortent tous les jours, soutenues par des gens comme vous et moi qui croient en eux et qui forunissent les sous. Si cela marche tout le monde en profite. Si ca plante, tout le monde perd! Les regles sont claires! et les meilleurs y arrivent.

Ce n'est pas en appliquant les vielles recettes de l'epoque des annees 60 que l'on va y arriver ...mais on continue tous contre le mur.

Je veux investir au Senegal mais ce qui est clair c'est que je vais trouver un moyen moderne de le faire dans un domaine que je connais bien. C'est la seule façon!
Nguda on November 8, 2012 (09:55 AM) 0 FansN°:33
Tres beau billet!
Le problème est tres compliqué et les craintes justifiées! Bien malin celui qui pourra nous dire comment et ou investir connaissant le Senegal.
Mais la question n'est plus de savoir s'il faut investir ou pas! Quand vous payez l'ecole de votre frère, investissez deja. Vous aidez un ami a monter son cyber ou autre, vous investissez encore plus meme si vous n'attendez pas le meme retour sur investissement qu'un fond de capital risque. Mais rien ne dit qu'un fond vaut mieux que vous et moi. Il se peut que les petits projets que l’on peut financer soient bien mieux pour le pays si on arrivait a le faire a grande echelle !
J’ai suivi les deux posts de Mamadou sur le sujet mais il y’a ici deux problemes differents
- 1) Le migrant n’est pas un investisseur professionnel. Analyser un projet, detecter ce qui en fera une perte ou une reussite, eviter certaines erreurs comme faire confiance à la famille ou a des anciens camarades qui ne sont pas du tout qualifies et souvent pas motives etc …tout ceci n’est pas evident pour nous. La plupart des exemples cites relevent d’erreurs comme celle-ci. En plus que savent la plupart d’entre nous sur l’actionariat ? Bref, il faut peut etre quelque chose de plus accessible pour un particulier…
- 2) La distance. Je connais des fonds aux USA qui n’investissent pas au dela de 2 ou 3 blocs autour de leur cabinet …c’est d’ailleurs pour cela qu’il y a une certaine concentration des boites dans...
Nguda suite on November 8, 2012 (09:59 AM) 0 FansN°:34
Tres beau billet!
Le problème est tres compliqué et les craintes justifiées! Bien malin celui qui pourra nous dire comment et ou investir connaissant le Senegal.
Mais la question n'est plus de savoir s'il faut investir ou pas! J’ai suivi les deux posts de Mamadou sur le sujet mais il y’a ici deux problemes differents
- 1) Le migrant n’est pas un investisseur professionnel. Analyser un projet, eviter certaines erreurs comme faire confiance à la famille ou a des anciens camarades etc …tout ceci n’est pas evident pour nous. En plus que savent la plupart d’entre nous sur l’actionariat ? Bref, il faut peut etre quelque chose de plus accessible
- 2) La distance. Il y’a des fonds qui n’investissent pas au dela de 2 ou 3 blocs autour de leur cabinet. Alors investir à 10 000Km… reste un challenge. Comment gerez ou superviser ou suivre une activité a distance ? Savoir ce qui rentre et sort et pouvoir agir a temps.
- 3) Investir pour couvrir des besoin immediats! Certains veulent investir juste pour faire des tunes. Mais la plupart d’entre nous essaient juste de couvrir certains besoins reguliers de la famille tout en faisant du bien. Je ne peux pas attendre 3 ou 4 ans ou plus pour revoir mes sous…surtout pas au Senegal.

Dans la plupart des projets ou j’ai investi, j’ai initié les projets ou presque. On est investisseur et porteur de projet a la fois.
Tant qu’on arrivera pas trouver un moyen simple et accessible a tous …j’ai peur que...
Fallgueye on November 8, 2012 (11:33 AM) 0 FansN°:35
L'APIX ne suffit pas meme si c'est un bon debut. C'est une question de mentalite aussi bien au niveau du peuple que du leadership. Vrai que nos proches et parents et les autres sont souvent ceux qui freinent les investissements productifs a cause du manque de confiance car l'idee est que celui qui envoie depuis l'Europe ou les USA n'est pas la pour controler donc on fait ce que l'on veut car il n'osera pas nous emmener a la police ou au tribunal.Donc ils preferent de l'argent envoye de l'exterieur pour payer les factures et manger au lieu d'investir dans des projets productifs. Moi-meme j'ai initie des projets immobiliers porteurs dans lesquels; j'ai mis mon ami d'abord en charge mais il trainait les pieds et je sens qu'il est jaloux et envieux car lui-meme a dit que j'ai reussi mais je lui ai dit que je travaille dur en Europe depuis 30 ans. Pourtant il m'avait truande une 1ere fois en 1998 mais je l'avais pardonne. Je l'ai laisse tombe et c'est fini cette fois-ci entre lui et moi. Ensuite j'ai approche mon propre frere et lui ai donne des instructions precises, lui aussi il traine les pieds. Tout le monde veut qu'on leur apporte les derniers gadgets: portable, ordinateur, jeans, parfums, appareil photo numerique, etc. alors que moi je leur dis qu'au lieu de vous envoyer de l'argent je vais creer les conditions sur place au Senegal lesquelles conditions vous permettront d'avoir l'auto-suffisance financiere et de gagner plus que ce que je leur envoies et meme de se passer...
Fallgueye on November 8, 2012 (12:04 PM) 0 FansN°:36
(suite)
meme de se passer de ce que je leur envoies. Rien n'y fait. Le syndrome de la dependance est trop forte chez nous mais aussi l'idee de se faire offrir du poisson au lieu d'apprendre a pecher comme l'a dit un bloggeur et Mao-Tse-Tung.Le leadership du Senegal, le gouvernement, fait aussi defaut, normal car les leaders viennent du peuple. On a un esprit de dependance 50 ans apres les independances. Nos dirigeants preferent aller mendier en Occident au lieu de compter sur les nationaux d'abord, l'aide ne devant etre qu'un complement. Le Rwanda a initie recemment un fonds de la Diaspora pour ne plus compter sur l'aide etrangere car les Occidentaux leur font du chantage avec leur aide et les Rwandais veulent s'en passer ou au moins l'attenuer, excellente idee, la volonte est la, le reste n'est que determination. Il y a aussi le complexe colonial qui est reel car il est plus facile pour un Francais , un Toubab d'etre mieux traite chez nous que les nationaux. Voila c'est tout un ensemble de facteurs dont il faut prendre compte. Que faire? Tres bon debat, tres utile d'avoir ces echanges.Il faut que nous ayons confiance en nous et developpions de bonnes habitudes et du business et surtout les prieres, les chapelets, la mosquee ou l'eglise, tout cela est bien mais les actes religieux doivent etre en adequation avec les autres actes, arreter les tromperies et l'hypocrisie et faire regner la confiance et la vraie solidarite.
Anonyme on November 8, 2012 (12:38 PM) 0 FansN°:37
MERCI!!!! Surtout pour l'exemple du Rwanda. Le Rwanda , le Kenya ...des pays qui avancent et innovent. Mais le Senegalais pense tjrs etre au centre du monde. Bientot, on sera enteres dans le bateau fancophones...en décadence.
Manding on November 12, 2012 (15:01 PM) 0 FansN°:38
Question simple, réponse simple ! Temps, distance, financement, pour ma part.

Temps : créer une activité au pays nécessite beaucoup de temps ! L’implication personnelle est nécessaire tant les hommes de confiance manque au Sénégal.
Distance : la distance est juste pas gérable ! Le pays est très loin pour garantir une implication personnelle, dont je parlais, dans un projet.
Financement : Le financement ! Voila le nerf de la guerre, Poulo, tu me diras pour investir nous n’avons pas besoin de montant exorbitant pour démarrer une affaire. Tout de même il faut trouver des investissements.

En revanche, je dirais qu’il existe beaucoup d’opportunité, de possibilité d’affaire dans plusieurs secteurs. Il existe plein de secteurs d’avenir non saturés au Sénégal. Voila mon point de vue au sujet de ta question et je ne crois pas que mes éléments de réponses apportés soient exhaustifs. Certainement les amis compléteront la liste.
Manding on November 12, 2012 (15:01 PM) 0 FansN°:39
Question simple, réponse simple ! Temps, distance, financement, pour ma part.

Temps : créer une activité au pays nécessite beaucoup de temps ! L’implication personnelle est nécessaire tant les hommes de confiance manque au Sénégal.
Distance : la distance est juste pas gérable ! Le pays est très loin pour garantir une implication personnelle, dont je parlais, dans un projet.
Financement : Le financement ! Voila le nerf de la guerre, Poulo, tu me diras pour investir nous n’avons pas besoin de montant exorbitant pour démarrer une affaire. Tout de même il faut trouver des investissements.

En revanche, je dirais qu’il existe beaucoup d’opportunité, de possibilité d’affaire dans plusieurs secteurs. Il existe plein de secteurs d’avenir non saturés au Sénégal. Voila mon point de vue au sujet de ta question et je ne crois pas que mes éléments de réponses apportés soient exhaustifs. Certainement les amis compléteront la liste.

Ajouter un commentaire

 
 
Mamadou Sow
Blog crée le 30/10/2012 Visité 290656 fois 22 Articles 1407 Commentaires 35 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires